11-Avr-2021 -

Un chez soi d’abord : un engagement historique du Mouvement SOLIHA

SOLIHA s’est engagé dans le dispositif « Un chez soi d’abord » dès son lancement en 2011, à titre expérimental. Avec le développement de ce dispositif sur les territoires, le Mouvement SOLIHA à renforcer son engagement en mettant à disposition son expertise habitat et ses équipes.

Innovation et utilité sociales

Le Mouvement SOLIHA est pleinement engagé dans la politique de Logement d’abord. Il est donc naturel que les associations SOLIHA se soient pleinement investies dans le dispositif « Un chez-soi d’abord ».

Ce dispositif est une transposition des expériences Housing first et Pathways to Housing, lancées dans les années 1990 aux Etats-Unis. « Un chez soi d’abord » propose un accès direct dans le logement comme préalable à l’accès aux droits, à des soins efficients et à une insertion sociale et citoyenne. Il offre aussi un accompagnement global et pluridisciplinaire au domicile. Le public visé était composé de personnes avec des troubles psychiatriques sévères (schizophrénie) et/ou ayant des addictions actives. Ces expérimentations ont démontré leur succès : 80% des personnes se sont maintenues dans leur logement après 4 ans et leur qualité de vie et leur santé se sont améliorées.

SOLIHA, engagé dès l’expérimentation française

L’État lance en France une première expérimentation, de 2011 à 2016, dans 4 sites : Paris, Lille, Marseille et Toulouse.

SOLIHA Haute-Garonne et SOLIHA Provence s’y investissent à Toulouse et Marseille et intègrent des équipes pluridisciplinaires dès le début (travailleurs sociaux, infirmiers, psychiatres, médecins généralistes, addictologues, gestionnaires locatifs, médiateurs de santé pairs).

Missionnées pour capter des logements et pour la gestion locative, les équipes SOLIHA participent au succès de cette expérimentation : sur les 353 personnes relogées, 85% d’entre elles se sont maintenues dans le logement deux ans après. Si le coût annuel par personne est évalué à 14 000€, il est compensé par les économies réalisées par la baisse des séjours à l’hôpital et des recours aux urgences. Ainsi, le coût évité est estimé à 6 000€ par an et par personne[1].

SOLIHA, acteur des nouveaux dispositifs territoriaux   

Un décret publié le 28 décembre 2016 relatif aux dispositifs d’appartements de coordination thérapeutique (ACT) « Un chez soi d’abord » permet d’étendre l’expérimentation. Outre les sites expérimentaux qui sont pérennisés, 8 sites[2] ouvrent entre 2017 et 2019 et sont conçus pour accueillir chacun 100 personnes. Un modèle économique allégé permet la création en 2020 de 5 sites[3] modélisés pour accueillir 55 personnes sur chacun des sites.

Là encore, le Mouvement SOLIHA se mobilise. A Besançon par exemple, l’Agence immobilière sociale Doubs-Côte d’Or recrute une chargée de gestion locative pour l’intégrer au Groupement de coopération sociale et médico-sociale (GCSMS) portant le dispositif. Au-delà de ses missions classiques de prospection et de gestion locative, la gestionnaire est pleinement intégrée à l’équipe d’accompagnement. Charlotte Dachaud, chargée de la captation et de la gestion locative au sein de l’AIS Doubs Côte d’or témoigne des spécificités de son métier :

« le Un chez soi c’est avant tout une aventure humaine. Cela permet à une personne de passer de « rien » à un toit sans condition et sans justificatif. A partir du moment où la commission valide le dossier, nous avons 8 semaines pour trouver un logement adapté. On travaille avec des publics spécifiques, avec souvent des parcours d’errance et des troubles psychiques, ce qui fait qu’on est sur une gestion locative sur mesure ». « Au quotidien, je participe au brief du matin avec l’équipe, je rends visite aux locataires, je suis avec eux les activités proposées, j’assure avec les autres membres de l’équipes les permanences du soir ou du week-end ce qui me permets de tous les connaître. C’est ça qui donne une autre dimension à mon métier. Instaurer la confiance est vraiment la clé de la compréhension de l’accompagnement des personnes ».

Par ailleurs, la Dihal a souhaité expérimenter sur trois ans (2020-2022) un nouveau dispositif, « Un chez soi d’abord Jeunes », à Toulouse et Lille. En effet, l’accompagnement des jeunes adultes est spécifique aux problématiques rencontrées par ce public. Les causes et les conséquences de l’errance sont différentes et nécessitent une prise en charge particulière. SOLIHA Toulouse a répondu présent et contribue à cette expérimentation en mobilisant ses gestionnaires locatifs.

Par ailleurs, le déploiement du dispositif se poursuit sur les villes moyennes. SOLIHA Centre-Val-de-Loire (CVL) a mis en évidence la plus-value de la prise en compte de la santé mentale dans l’accompagnement des personnes sans domicile relogés dans le cadre de l’intermédiation locative. Une infirmière a été recrutée. Elle est formée aux premiers secours en santé mentale pour pouvoir ensuite dispensée cette formation. Avec ses partenaire, SOLIHA CVL s’attèle aujourd’hui à monter le GCSMS, dont l’objectif est de répondre à l’appel à projet, pour porter le « Un chez soi d’abord » à Tours.

Les équipes SOLIHA, grâce à leur implication historique et à leur expérience de la gestion locative au contact d’un public fragilisé, sont des acteurs fortement engagés et proactifs dans ce dispositif. Elles prennent part à cette innovation sociale d’envergure, en y apportant leur expertise sur le volet habitat.


Contact : Dorine Branget, Chargée de mission gestion locative sociale, Fédération SOLIHA – d.branget@soliha.fr

[1] Estecahandy Pascale, « Un chez-soi d’abord : accompagner les personnes sans abri vers et dans leur logement », La santé en action, n°451, mars 2020, pp. 46-49.

[2] Bordeaux, Dijon, Grenoble, Lyon, Montpellier, Nantes, Nice, Strasbourg. Il était également prévu d’ouvrir 4 autres sites à 100 places en 2020 : Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Réunion et doublement du dispositif à Marseille (des retards ont été pris suite à la crise sanitaire)

[3] Besançon, Saint Etienne, Pau, Poitiers, Corse (des retards ont été pris suite à la crise sanitaire)