25-Nov-2019 -

« Reprendre une vie, au sein de la pension de famille Jean Parot, c’est une véritable chance ! »

Philippe P. résident de la Pension de famille Jean Parot, témoigne lors de la rencontre nationale SOLIHA du 23/10/19 sur « Le Logement d’abord ! ».

Témoignage en version audio

Je m’appelle Philippe et c’est après avoir été en communauté thérapeutique que je me suis retrouvé à l’Asile de nuit à Saint-Étienne, au mois d’octobre 2018. Après avoir passé l’hiver au sein de ce centre d’urgence, c’est une éducatrice, Sylvie, très dévoué à son travail qui m’a guidé vers cette fameuse pension de famille Jean Parot.

Au début, je ne devais pas intégrer un appartement relais mais plutôt en appartement passerelle. Je pense que l’équipe de SOLIHA Loire était sceptique en raison de mon passé plutôt compliqué. En effet, ce n’est pas pour rien que j’étais en communauté thérapeutique, c’était à cause de mes addiction, comme l’alcool.
Mais la pension de famille a su me faire confiance et j’ai intégré les lieux en avril de cette année. Je suis rentré en même temps que plusieurs résidents qui eux-mêmes étaient à l’Asile de nuit comme moi : Didier, Fazli, Lionel, Jean-Marie et moi-même avons trouvé un très bon accueil à la pension de famille et surtout bien orchestré par les hôtes de maison !
Depuis, bon nombre de résidents nous ont rejoint, tels Anthony, Jasmine, Céline, Marie, Alain, Marco, Andréa…et d’autres. C’est simplement pour vous dire que la pension de famille s’agrandit. Cette pension de famille Jean Parot est différente des autres car elle se partage avec d’autres communautés, telle celle de Pierre Val Do et cet hiver elle recevra à côté de chez elle des sans-abris.
Nous avons le bonheur d’avoir un jardin où cette année on a commencé à cultiver et pourtant au début on n’aurait jamais cru que nous pourrions récolter cette année des tomates, salades, herbes aromatiques, fraises, rhubarbe et les fameux haricots verts : tout le monde à participer autant pour l’arrosage que pour le ramassage.
Depuis, et avec la participation de chacun à tous les niveaux, on a su concrétiser plus d’une sortie, comme à la Tête d’Or à Lyon, une promenade le long de la Loire à St-Just-St Amber ou encore une promenade jusqu’à Rose Taller et des sorties dans divers magasins avec un pique-nique à chaque sortie et toujours dans une ambiance conviviale. Nous avons aussi organisé plusieurs repas en commun, tels des barbecues, mais ce n’est pas tout ! Nous avons aussi organisé le repas pour tout l’immeuble car il faut savoir que cet immeuble nous le partageons avec la communauté Pierre Val Do, composée de demandeurs d’asile. En effet, nous avions pour cela organiser un atelier pâtisserie, tout ça orchestré par mes propres soins ! Aussi, ce repas en commun entre Pierre Val Do et la pension Jean Parot a été le tremplin pour faire plus ample connaissance par rapport aux différences d’origine ou social qui auraient pu être un facteur d’incompréhension envers chacun au début. Mais ici à Jean Parot, ce n’est pas notre cas et c’est même plutôt le contraire !
Et ce n’est pas encore tout, car il est prévu qu’à côté de chez nous, nous allons accueillir des sans abri durant les nuits froides de cet hiver. De même, une soupe hebdomadaire va avoir lieu et elle sera faite par les résidents déjà bien motivés ! Même nous résidents, nous avons déjà proposé un menu de fête de fin d’année, non élaboré, avec divers plats. Nous le réaliserons en fonction des goûts de chacun ! Tout cela était source d’inquiétudes vis-à-vis du rapport que l’on peut avoir avec différents état d’esprit, mais franchement tout se passe dans la sérénité. Voici quelques avis de nos pensionnaires :

« Moi, MR, j’ai eu du mal avec le côté collectif, étant un peu solitaire, mais avec le dynamisme de chacun, je commence à être heureux et le côté proximité, je m’y habitue ! »

« Moi Céline, j’ai pu mettre certaines choses en place, même si je pense beaucoup à ma
maman qui nous a quitté il n’y a pas si longtemps. D’ailleurs, en sa mémoire, je me suis mise à la cuisine, grâce à la pension de famille qui nous propose un atelier chaque semaine, voilà merci SOLIHA ! »

« Moi Didier, je trouve que depuis que je côtoie les locataires de la partie Val Do, au début j’étais plutôt inquiet, et bien finalement on fait des parties de pétanque ensemble maintenant ! « C’est aussi, cela la pension de famille, l’équilibre entre plusieurs styles de vie qui se côtoient dans le plus grand respect et c’est cela l’essentiel ».

Pour , ma part et depuis avril, je revis la vie à 100 % et surtout celle-ci je l’avais si souvent mis de côté, je la retrouve enfin ! J’ai même récupéré mon permis de conduire, étant donné que je me sens bien moralement, car sachez aussi que ça faisait 13 ans que je n’avais eu de chez moi ! Pour vous dire! La persévérance est mon mot d’ordre aujourd’hui, car comme vous pouvez le
constater, je m’investis dans la pension de famille comme il se doit et je continuerais à porter la pension de famille là où elle vit .

MERCI à SOLIHA LOIRE
Reprendre une vie, au sein de la pension de famille Jean Parot, c’est une véritable chance !